Vers le milieu de la cave étaient les deux amis de M. Ledru et quelques curieux qui s'étaient empressés de pénétrer jusquelà. Au bas de l'escalier était Jacquemin qu'on n'avait pas pu faire aller plus loin que la dernière marche, Derrière Jacquemin les deux gendarmes. Derrière les deux gendarmes, cinq ou six personnes, au nombre desquelles je me trouvais, et qui se groupaient avec moi sur l'escalier. Tout cet intérieur lugubre était éclairé par la lueur tremblotante d'une chandelle posée sur le tonneau même d'où coulait le vin, et en face duquel gisait le cadavre de la femme Jacquemin. Une table, une chaise, dit le commissaire de police, et verbalisons.II L'IMPASSE DES SERGENTS. vanessa bruno pas cher 19Page 23 III LE PROCÈSVERBAL.Les meubles demandés furent passés au commissaire de police, Il assura sa table, s'assit devant, demanda la chandelle, que le docteur lui apporta, en enjambant pardessus le cadavre, tira de sa poche un encrier, des plumes, du papier, et commença son procèsverbal. Pendant qu'il écrivait le préambule, le docteur fit un mouvement de curiosité vers cette tête posée sur le sac de plâtre . mais le commissaire l'arrêta. Ne touchez à rien, ditil, la régularité avant tout. C'est trop juste, dit le docteur. Et il reprit sa place, Il y eut quelques minutes de silence, pendant lesquelles on entendit seulement la plume du commissaire de police crier sur le papier raboteux du gouvernement, et pendant lesquelles on voyait les lignes se succéder avec la rapidité d'une formule habituelle à l'écrivain. cabasvanessabrunopascher Au bout que quelques lignes il leva la tête et regarda autour de lui. Qui veut nous servir de témoins . demanda le commissaire de police en s'adressant au maire, Mais, dit M. Ledru, indiquant ses deux amis debout, qui formaient groupe avec le commissaire de police assis, ces deux messieurs, d'abord. Bien. Il se retourna de mon côté. Puis monsieur, s'il ne lui est pas désagréable de voir figurer son nom dans un procèsverbal. vanessa bruno soldes Aucunement, monsieur, lui répondisje, Alors, que monsieur descende, dit le commissaire de police, J'éprouvais quelque répugnance à me rapprocher du cadavre, D'où j'étais, certains détails, sans m'échapper tout à fait, réapparaissaient moins hideux, perdus dans une demiobscurité qui jetait sur leur horreur le voile de la poésie, Estce bien nécessaire . demandaije, Quoi .III LE PROCÈSVERBAL.20Page 24 Les mille et un fantomesQue je descende, Non. Restez là, si vous vous y trouvez bien. Je fis un signe de tête qui exprimait .Je désire rester où je suis.